Logo BonzaĂŻ Communication
Solutions Web pour gens d'affaires
Communications interactives et technologies

sec1Ce texte est un voyage Ă  travers les 0 et les 1 de votre identitĂ© virtuelle. Si vous naviguez sur le web, si vous possĂ©dez un compte Facebook, si vous avez dĂ©jĂ  rempli un formulaire en ligne, des fragments de votre identitĂ© personnelle traĂ®nent sĂ»rement dans de nombreuses bases de donnĂ©es d’entreprises privĂ©es.

Voici quelques pistes pour mieux comprendre qui sont ces gens qui connaissent votre penchant pour le…

Le classique : votre navigateur Internet
La plupart de vos visites sur les sites web sont enregistrĂ©es. Un outil d’analyse de statistiques web va calculer une nouvelle visite et rĂ©colter plusieurs parcelles d’information sur vous. Le truc utilisĂ© par la plupart des sites web, c’est la crĂ©ation d’un « cookie », terme arbitraire, qui reprĂ©sente un petit fichier qui sera crĂ©Ă© sur votre ordinateur permettant de vous discerner des autres visiteurs sans pour autant ĂŞtre en mesure de vous identifier en tant que personne physique.

Ces « cookies » sont parfois aussi très utiles pour vous : toutes les petits boites qui vous demandent de « vous souvenir de vous » lorsque vous accĂ©dez Ă  une section sĂ©curisĂ©e d’un site web utilisent cette technologie. Bien qu’il soit possible de dĂ©sactiver les « cookies » de votre navigateur Internet, cela vous bloquerait des services de plusieurs sites web.

Quelles sont les informations rĂ©coltĂ©es ? La date et l’heure de votre visite, une dĂ©duction sur votre localisation gĂ©ographique (c’est loin d’ĂŞtre prĂ©cis, un visiteur de Gatineau semble parfois provenir de Rockcliffe (Ottawa), parfois de MontrĂ©al), la version de votre navigateur Internet, votre rĂ©solution d’Ă©cran, les pages que vous avez visitĂ©, le temps passĂ© sur une page particulière ainsi que la source web qui vous a rĂ©fĂ©rĂ© au site web que vous visitez.

Il est aussi possible d’identifier le rĂ©seau utilisĂ© ce qui, Ă  Gatineau, donne souvent comme rĂ©sultat VidĂ©otron ou Bell pour un visiteur rĂ©sidentiel mais il n’est pas rare de voir des visites en provenance des rĂ©seaux du gouvernement fĂ©dĂ©ral ou ceux-ci sont identifiĂ©s selon le ministère.

ProtĂ©gez-vous en Ă©vitant de soumettre trop d’informations personnelles. Si vous devez inscrire une adresse courriel, utilisez une adresse spĂ©cifiquement destinĂ©e aux offres commerciales sĂ©parĂ©e de votre adresse courriel personnelle ou professionnelle. Utilisez Gmail ou Hotmail pour crĂ©er une telle adresse. Cela empĂŞchera une entreprise d’associer vos visites sur leur site web avec un compte courriel incluant votre nom et prĂ©nom.

N’oubliez pas qu’une quantitĂ© encore plus importante d’informations s’accumule sur votre ordinateur, ces informations sont normalement conservĂ©es pour vous faciliter la vie. Mais n’oubliez pas que n’importe qui ayant accès Ă  l’ordinateur peut rapidement consulter votre historique de navigation ou les mots-clĂ©s utilisĂ©s pour effectuer une recherche sur Google. Certains navigateurs Internet modernes permettent de naviguer en mode « Incognito » sans conserver d’historique, aimablement surnommĂ© le « Porn mode » !

Le direct : les courriels
Ici, c’est beaucoup plus facile de vous suivre au pas ! Lorsqu’un courriel possèdent des images, l’utilisation est double : c’est autant pour mieux vous communiquer les produits et services que pour vous suivre de l’œil. Et c’est beaucoup plus prĂ©cis comme information.

Il est possible de vous identifier (avec votre courriel) et de savoir quand et combien de fois vous avez ouvert un courriel, quels liens vous avez cliqué dans le courriel et quel logiciel vous utilisez pour faire la lecture de vos courriels.

C’est la raison principale pour laquelle Gmail et Hotmail vous demande l’autorisation d’afficher les images lorsque vous ouvrez un courriel. On tente de protĂ©ger votre vie privĂ©e. Encore une fois, l’utilisation d’une adresse courriel distincte vous permet de conserver une certaine confidentialitĂ©.

sec2Le délinquant : Facebook
C’est le rĂŞve du KGB (et d’un SCRS moderne) : des citoyens qui volontairement et massivement inscrivent dans une base de donnĂ©es unique et structurĂ©e leurs intĂ©rĂŞts, leurs frĂ©quentations, leur croyance religieuse et leurs convictions politiques.

Si Google a remporté le gros lots en ciblant des annonces publicitaires (GoogleAds) selon les mots-clés que vous inscriviez dans leur engin de recherche, imaginez posséder tous les mots-clés de votre profil personnel.

Votre degré de protection fluctue selon les humeurs de la Commissaire à la vie privée du Canada et de la stratégie corporative de Facebook.

Si vous souhaitez vous protéger effectivement, ne créez tout simplement pas de profil personnel Facebook. Sinon, il faut avoir conscience que vous naviguez dans un espace public et agir en conséquence.

Vous avez tout de mĂŞme la possibilitĂ© de restreindre le degrĂ© d’information publique que vous diffusez avec les paramètres de sĂ©curitĂ©. Jetez-y un coup d’œil frĂ©quemment, il y a souvent de nouvelles options !

La vĂ©ritable solution, elle se nomme Diaspora et c’est une rĂ©volution Ă  venir ! Ă€ suivre…

Le corporatif : Google
Google n’a plus rien de l’entreprise cool et du slogan « Don’t do evil » du dĂ©but du millĂ©naire. C’est maintenant une corporation Ă  forte capitalisation avec un empire similaire Ă  Microsoft. La logique du profit et des dividendes la pousse Ă  rĂ©colter une quantitĂ© impressionnante d’information sur l’activitĂ© des internautes toutes activitĂ©s confondues.

Vous utilisez la recherche Google, on enregistre vos mots-clés, vous utilisez Gmail, on analyse le contenu de vos courriels, vous utilisez Google Docs, on analyse le contenu de vos documents, vous cliquez un lien dans la liste des résultats de recherche, on prend note. La liste continue ainsi pour la majorité des produits et services Google.

Il faut tout de mĂŞme ĂŞtre conscient qu’il n’y a pas un individu en particulier qui lit vos courriel chez Google. Ce sont des ordinateurs qui analysent automatiquement le texte de vos courriels afin d’afficher des publicitĂ©s ciblĂ©s selon les mots-clĂ©s de votre courriel. Un courriel discutant de votre prochain voyage au Maroc affichera donc des promotions pour des billets d’avion ou des hĂ´tels Ă  proximitĂ© de votre lieu de destination.

Pour Ă©viter d’ĂŞtre enregistrĂ©, n’utilisez pas Google tout simplement ! C’est au mĂŞme niveau que Facebook, c’est implicite que l’utilisation de ces services permet Ă  ces entreprises d’accumuler des informations diverses sur vous. Il faut tout de mĂŞme garder Ă  l’esprit que la majoritĂ© de ces informations sont d’une importance mineure en soi.

sec3La force lĂ©gitime : l’État
Bien qu’il n’y a pas beaucoup de raisons au Canada de se protĂ©ger contre la surveillance Ă©lectronique, plusieurs personnes Ă  travers le monde n’ont pas toute la libertĂ© souhaitĂ©e pour communiquer sur le rĂ©seau Internet comme bon leur semble.

Certains outils sont disponibles pour mieux protĂ©ger leur identitĂ©. On ne parle pas seulement d’un rĂ©volutionnaire, plusieurs travailleurs humanitaires en terrain dangereux se doivent de protĂ©ger leurs bases de donnĂ©es contenant parfois des listes de nom que l’on prĂ©fère ne pas offrir Ă  un État ou Ă  un groupe violent.

Pour « anonymiser » vos communication sur Internet, un outil nommĂ© « Tor » est très en vogue actuellement. C’est grâce Ă  un tel logiciel que les Iraniens ont communiquĂ© avec l’extĂ©rieur du pays pendant les dĂ©sordres post-Ă©lection de 2009. A l’exception du FBI (et encore, il faut vraiment les choquer), très peu d’États ont les moyens de vous identifier et de vous localiser avec un tel outil.

Pour crypter des documents, un logiciel dĂ©veloppĂ© par Julian Assange, un cypherpunk maintenant bien connu, nommĂ© « Rubberhose » vous permet de dissimuler vos donnĂ©es et cela mĂŞme si la loi ou la torture vous oblige Ă  donner le mot de passe pour l’accès Ă  vos donnĂ©es.

Un logiciel plus facile d’utilisation du nom de TrueCrypt permet de protĂ©ger un disque dur sous Windows.

L’underground : Les cypherpunks
Votre degrĂ© d’anonymat en 2011 est un combat silencieux et Ă©lectronique menĂ© depuis plus de trente ans sur le plan lĂ©gal et technique par des individus considĂ©rant comme un droit civique la possibilitĂ© de communiquer et de dissimuler des donnĂ©es contre la surveillance Ă©lectronique peu importe l’individu ou l’organisation.

Il y a moins de 10 ans, le bout de texte qui suit, une algorithme mathĂ©matique permettant de dissimuler des donnĂ©es, Ă©tait classĂ© comme une arme militaire, au mĂŞme niveau qu’un missile. Exporter ce texte vers un autre pays vous condamnait Ă  des accusations criminelles très sĂ©vères.

#!/bin/perl -sp0777i $/=unpack(‘H*’,$_);$_=`echo 16dio\U$k »SK$/SM$n\EsN0p[lN*1
lK[d2%Sa2/d0$^Ixp »|dc`;s/\W//g;$_=pack(‘H*’,/((..)*)$/)

Mon identité 101
Ainsi donc, toutes ces entreprises vous suivent de l’œil sur Internet, certaines vous connaissent peut-ĂŞtre mieux que votre plus proche ! Il faut ĂŞtre conscient que cette surveillance et cette analyse n’ont rien de nouveau.

Depuis longtemps dĂ©jĂ , l’entreprise VISA analyse toutes vos transactions financières. A titre d’exemple, avec l’aide de quelques ordinateurs et algorithmes, celle-ci est en mesure de prĂ©dire Ă  90 % le divorce d’un couple dans le futur en analysant leur consommation de produits et de services.

Peu importe les outils utilisĂ©es, ce qui compte le plus, c’est d’avoir conscience qu’Internet est un espace public et qu’Internet oublie rarement les informations de votre passage. Nous laissons tous une trace virtuelle.

Vous avez vraiment visité ce site web ? Vraiment ?

1 commentaire à l'article “Votre vie privĂ©e et le web en 2011”

  1. RenĂ© LeSage dit :

    Très bien écrit.

Écrire un commentaire



Services


Entreprise

Points de contact

Coordonnées

BonzaĂŻ Communication
124, rue Wright - Suite 4
Gatineau, QuĂ©bec  J8X 2G9
Canada

TĂ©l. : 819 639-8626
bonzaicommunication.ca
Droits de reproduction et de diffusion rĂ©servĂ©s | © BonzaĂŻ Communication
Politique de confidentialitĂ©  |  Conditions d'utilisation  |  Contactez-nous

Copyright © 2017 BonzaĂŻ Communication, Inc. Tous droits réservés.